Lignières - Histoire

Nouveau: Lignières... Le livre !

Revue historique et monographique
Survol historique, XIIème au XVIè
Survol historique, XVIIème au XVIIIè
Survol historique, XIXème à 1978
Acte du Congrès de Vienne de 1815
Anciennes vues de Lignières
Lignières autrefois et aujourd'hui
Confrérie des familles Bonjour & Junod
Fondation de l'Hôtel de Commune
Réédition - Charles D. Vaucher (1801)
Lieux-dits à Lignières de 1815 à 1976
Pasteurs à Lignières de 1555 à 1892
Valeurs des terrains en 1875

Lignières - sites et pages des familles

Bonjour
Edith Matthey née Junod
Schleppi
Simon

Lignières - autre liens

Statistiques sur le village
Le site officiel
Au vallon (maison de vacances)
Brass band "l'Avenir"
L'Hôtel de Commune
La laiterie / fromagerie
La désalpe
Radicaux de Lignières
Vues aériennes

Chronologie de l'histoire de Neuchâtel


Eté 2007.... cliquer pour agrandir

 

img


Survol historique, du XIXème à 1978...

XIXème siècle - La principauté à nouveau en mains françaises

Ordre de Serment au prince Alexandre
(ACL AAII - Extrait du manuel de Justice du 11 Octobre 1806)

Monsieur le maire a fait lire l'arrêt dont la teneur s'en suit.

La principauté de Neuchâtel ayant été solemnellement remise de la part de Sa Majesté, l'Empereur des Français et Roi d'Italie, à Son Altesse Sérénissime le prince Alexandre, le Conseil d'Etat, après avoir, ainsi que les officiers de l'Etat et les représentans des corps del'Etat, prêté serment à son altesse, ordonne à tous les chefs de juridictions, de faire convoquer sur le samedi onzième de cemoi a dix heures du matin, au lieu des séances ordinaires de la Justice, les membres du Corps de Justice, les Officiers militaires, les Notaires, les anciens d'église, arpenteurs et toutes autres personnes assermentées à la seigneurie; et d'exiger de chacun d'eux le serment,selon la formule suivante : Je jure fidelité à Son Altesse Sérénissime lePrince Alexandre, Prince et Duc de Neuchâtel, et obéissance aux autorités établies de sa part.

Donné en conseil tenu sous notre présidence au château de Neuchâtel, le 8ème octobre 1806. (Signé) de Montmollin.

Après quoi, Monsieur le Maire a dit que pour se conformer aux ordres contenus dans les arrêts, il requeroit tous les gens assermentés a la seigneurie de prêter entre ses mains le serment préscript, lesquels en obéissances auxdits ordres, se sont présentés successivement devans Monsieur le Maire, et ont dit après avoir entendu la formule du serment, et tenant les doigts levés, ainsy je le jure et je le promet.

C'est ce qui a été célébré par Monsieur Gagnebin Pasteur du lieu, par Messieurs Jean Louis Junod, Capitaine et Notaire, Jean Frederich Bonjour, Greffier, Jean Jacques Bonjour, Jean Pierre Gauchat, Abram Bonjour, David Bonjour, Abram louis Chiffelle, David Pierre Bonjour, Jean Jacques Junod, les trois Justiciers et anciens d'église, Abram David Gauchat, François Louis Bonjour Justicier et ancien d'Eglise, Jonas Pierre Junod et Jean Jacques Chiffelle,tous Justiciers, Jean Henry Cosandier, Sautier, Abram Louis Gauchat, Jean Frederich Junod, les deux anciens d'église, Auguste Junod, Lieutenant et Jonas Junod, Enseigne pour lemilitaire, Jean Jacques Chiffelle et Jean Pierre Descombes, Gouverneurs.

Ensuitte Monsieur le Maire auroi adressé à l'assemblée une courte exhortation relatif àla solanité du jour, àlaquelle Monsieur le pasteur Gagnebin parlant au nom de tous les ressortissants de la Juridiction avoir répondu par un petit discourt pour manifester leurs sentiments d'allégresse ainsi que de leurs fidelités, et de leurs inviolables attachement pour son Altesse Sérénissime leur nouveau Souverain.
Cérémonie qui a été terminée par des cris répétés tant de l'assemblée que de tout le Peuple, Vive le Prince Alexandre, nôtre souverain,letout au bruit de plusieures salves des milliciens de la juridiction qui étoient sous armes. Monsieur le Maire a demandé le tout par écrit et ordre au soussigné Greffier de le lui expédier.
A Lignières, le jour et an que devant.
(Signé) J.F. Bonjour

1807

Conflit au sujet des bornes frontières
(MN 1890/114 - Max Diacon)

Le 20 juillet 1807, le Conseil d'Etat avait fait savoir au Prince Berthier que le maire de Nods, par une déclaration solennelle, prétendait que les gens de la Principauté n'avaient pas le droit de parcours sur le terrain compris compris entre les grandes et petites bornes de Lignières; M le Prince, fort peu pressé, ne répondit à cette missive que le 25 octobre 1807 par le rescrit suivant, bien et duement écrit et signé de sa main:

Monsieur le Président;
J'ai reçu la lettre de Mon Conseil d'Etat sur la déclaration faite par le Maire de la Commune de Nods. Il n'a rien été changé aux droits qu'ont exercés depuis 1705 sur le territire dont il s'agit les Souverains de Neuchâtel. Toutes les mesures qui résultent de mes décrets continueront donc d'y être exécutées sans aucune espèce de suspension.
Sur ce, je prie Dieu qu'il vous ait en sa Sainte et digne garde.

1827 Permission de tenir Hôtellerie dans sa maison de Commune
(AEN 914-CH/NE/09)

Nous, Frédéric Guillaume de Zastrow, Général d'Infanterie et Ministre d'Etat du Roy, Chevalier Grand Croix de l'Ordre de l'Aigle Noir et de l'Aigle Rouge, de l'Ordre des St Hubert de Bavière, de l'Ordre du Lion d'Or de Hesse, & Gouverneur et Lieutenant-Général de la Principauté de Neuchâtel et Valangin, pour Sa Majesté Frédéric Guillaume III, par la Grâce de Dieu, Roi de Prusse & Notre Souverain, Prince et Seigneur.
Savoir faisons, que sur la requête de la Communauté de Lignières, aux fins d'obtenir la permission de tenir hôtellerie dans sa maison commune, située dans le village du dit lieu, qui est limitée, du côté de bise par la maison de Jean David Descombes, des côtés de vent et uberre par la rue publique, et de joran par une petite ruelle qui la sépare de la maison d'Auguste Simon.
Nous, sur ce, entendu le rapport de Monsieur Tribolet-hardy, Conseiller d'Etat et Maire de Lignières, et celui de Monsieur le Baron de Chambrier, Conseiller d'Etat et Procureur Général, et du Sieur de Marval, Commissaire Général, avons, de l'Avis du Conseil d'Etat, permis et accordé, comme par les présentes nous permettons et accordons à la dite Communauté de Lignières, de tenir hôtellerie dans sa maison commune, et d'y prendre l'enseigne du soleil; permission que nous lui accordons pour autant ce tems qu'il n'y sera pas vu d'inconveniens, et sous la clause de réserve de révocation dès que la dite maison viendrait à avoir une autre destination que celle d'hôtellerie, à pied et à cheval, ou en cas de plaintes que parviendraient au Gouvernement, de désordres commis et soufferts dans la dite auberge, ou de contravention à la police prescrite pour les hôtelleries.
Lequel octroi nous avons accordé à la dite commune moyennant qu'elle paye une fois pour toute à Sa Majesté, en Sa Recette des Parties Casuelles, la somme de vingt francs Tournois et qu'elle paye annuellement un Cens de quatre pots d'orge, rendable en nature et sans bénéfice d'aucun abri particulier, à la Recette du Landeron, sur chaque jour de St Martin d'hiver, aussi longtems que la commune jouira du présent octroi, sans préjudice de tous les autres cens Seigneuriaux dont la dite maison peut déjà être chargée : moyennant encore que la dite Commune prêtera reconnaissance dans le terme d'un mois, entre les mains du Commissaire Général de la présente concession, de laquelle elle ne pourra bénéficier avant d'avoir satisfait à cette obligation.
C'est à teneur des conditions et réserves sus mentionnées, que nous voulons et entendons que la Communauté de Lignières, comme propriétaire de la maison dont il s'agit, jouisse paisiblement de la présente permission; ordonnant en conséquence au Maire de Lignières et à tous autres Officiers qu'il appartiendra, de se conformer à ce que dessus, et à veiller à ce qu'il n'y soit apporté aucun empêchement, car telle est notre intention au nom du Roi. En foi de quoi nous avons fait signer le présent acte par le Chancelier de la Principauté, et nous y avons fait apposer le Grand Sceau de l'Etat.
Donné au Conseil tenu au Château de Neuchâtel le vingt sept Novembre Mil-huit-cent-vingt-sept.
(Signé) Le Conseiller d'Etat et Chancellier,
.... Travers

1832

Grave Incendie à Lignières

Le 29 novembre, un incendie détruisit 28 maisons du village habitées par 34 ménages (159 personnes). Cette portion était celle qui renfermait les meilleurs et les plus riches bâtiments. La perte totale fut estimée à 108'558 francs (Messager boiteux - 1833).
L'énormité des dégats était également dûe aux couvertures en bois, et l'on imposa à tous ceux secourus une reconstruction des toitures en tuiles ou en ardoise, avec réhaut des murs jusqu'au toit.

Poste : Un messager communal
(Document PTT/NE)

Le messager est J.P. Gauchat. Il est d'abord messager communal, puis officialisé. Il fait 3 courses par semaine, le mardi, jeudi et samedi, soit les jours de marché.
Salaire : 3 louis d'or par an.
Il est remplacé en 1848 par M. Bonjour.
Lignières compte 435 boeufs & vaches et presque 300 moutons.

1842

Le Code des Lods : Le Franc-Alleu
(Tome III, page 62)

Le Code des Lods définit Le franc-alleu : Il n'y a point de franc-alleu dans ce pays, excepté dans une partie de la Jurisdiction de Lignières, depuis les Hautes Bornes contre l'Orient jusqu'à la lisière de l'Etat, car au reste tous les fonds y sont de leur nature sujets aux lods.
Le terme "Alleu" est un bien, une propriété, ou, comme dit Guizot, un "lot" de terre; on opposait facilement "Alleu" à "Fief", parce que le premier ne dépendait de personne, tandis que le second dépendait d'un suzerain.
D'où le terme "franc-alleu" : Terre franche ... exempte de lods.

1896

Hiver rigoureux : En passant par la Vue des Alpes, Alcide Junod raconte qu'il a dû faire demi-tour, retenu par des menées (de neige) de 6 à 7 mètres de haut.

1897

Une société pour la fabrication du fromage se constitue à Lignières (34 associés).
Poste : 1 facteur est engagé de 1897 à 1910 en qualité de personnel auxilliaire.

La société d'histoire et d'archéologie de Neuchâtel se réuni à Lignières (MN 1897, 237) - XXXIIIème séance générale d'été à Lignières, le jeudi 9 septembre 1897
Présidence : M. Alfred de Chambrier
Procès Verbal (extraits)
La séance a lieu au temple; elle est ouverte à 10h30 par M. le Président.....

Quinze candidats sont présentés et admis; ce sont MM. (ndlr : je ne liste que ceux de Lignières)

Bonjour, Ad. ancien professeur
Cosandier Aug, juge de paix
Descombes Henri
Frick Auguste, Pasteur (indépendant)
Junod, Eug. maître d'hôtel
Rollier Philippe, pasteur

Un banquet de 120 couverts est servi à l'hôtel de Commune, dont voici le menu :

M E N U du Banquet de la Société d'histoire le 9 septembre 1897

Potage Riz-Julienne
Langue sauce blanche
Filet de boeuf, pommes de terre
Jambons, haricots
Rôti de veau, salade
Tête à la vanille
Fruits
Dessert

1899

Chaque soir les boeufs de travail sont conduits dans le pâturage de Vorgneux, à proximité du village, où ils passent la nuit lorsque le temps le permet. Les vaches et quelques génisses sont conduits dans le pâturage du Pâquier, à l'est du village. Les bergers préposés à la garde du bétail sont indemnisés. Le berger du pâturage de Vorgneux reçoit Fr. 2.- par paire de boeufs (80 paires en 1899). Le berger des vaches reçoit Fr 1.50 par vache, il conduit le bétail dès quatre heure du matin pour le ramener à 6 heures; puis il le reconduit le soir de sept à neuf heures du soir. Les bergers des métairies reçoivent Fr. 1.- par pièce de bétail, avec une certaine quantité de bois et de logement. Dans ces pâturages, le bétail n'est rentré que pendant la chaleur du jour ou lorsque les nuits sont trop froides.

XXème siècle - Introduction de l'impôt communal

1916

Introduction de l'impôt communal.
Jusque là l'exploitation de nos forêts permettait de couvrir tous les frais de fonctionnement.

1972

Le 23.6.1972 : Inauguration du home "Les Pipolets" à Lignières.

Rénové, agrandi, le home est à même d'accueillir 35 bébés et enfants jusqu'à l'âge de 15 ans. La ferme, trop vétuste a été totalement détruite. A son ancien emplacement, un bâtiment aéré de conception tout a fait moderne, à la ligne sobre, à été construit.
Il y a 20 ans, les "Pipolets" accueillaient des enfants atteints de tuberculose. Aujourd'hui, la plupart d'entres eux proviennent de milieux familiaux où règne la discorde. Parfois, lors du décès ou du départ de leur mère ils sont envoyés temporairement à Lignières.. Le home accueille aussi des enfants éprouvant des difficultés à l'école. Après une période d'observation en général assez courte, ces enfants sont envoyés dans des établissements spécialisés. Le home des "Pipolets" joue ainsi en quelque sorte le rôle de centre d'orientation.

1976

Inauguration de l'extension du camping & de la nouvelle piscine
(Courrier du Vignoble, 23 avril 1976)

Le camping, qui existait déjà mais a été agrandi, a une surface, y compris la piscine, de 90'000m2. Il comprend toutes les installations modernes désirées : un restaurant avec produits d'alimentation; douche et W.C.; réception, etc.
De plus, la piscine, d'une profondeur allant de 1m10 à 1m50, est entourée de gazon, d'arbres, tout comme le reste du camping arborisé, engazonné judicieusement pour donner au tout un charmant cadre de verdure avec au nord, comme horizon, Chasseral et chaîne du Jura.

1978

Inauguration et portes ouvertes de nouveau Collège de Lignières
(Courrier du Vignoble 6.10.1978)

Lignières, pour la première fois depuis 140 ans, va inaugurer un nouveau collège. Il complètera admirablement bien l'infrastructure du village. L'ensemble se compose de deux bâtiments. L'un abrite les classes et l'autre la salle de gymnastique. La salle de gym pourra être transformée en salle de spectacles (cinema, théatre, concerts, etc).