Généalogie

Origines & souches neuchâteloises
Autres origines Junod recherchées

Présence à Lignières avant 1535
Familles de Neuchâtel ou de l'Evéché ?

Familles alliées à Bevaix
Familles alliées de par le monde
Informations patronymes
Données manquantes
Personnalités
Emigration
Sur l'auteur
Loi fédérale protection données

Histoire

Mots dérivés du patois à Lignières
Poids et mesures en 1834
Décès en 1875-1876
Atmosphère en janvier 1876
Cours de Lessive en 1895
3 recettes de cuisine en 1895
Entretien des lits en 1895


Plus sur Lignières...

img

Cours de lessive en 1895
(Source : B. Gauchat, Colombier † 2004)

Pour obtenir une lessive propre et blanche, il faut y veiller en plaçant aussitôt le linge sale dans une mansarde séche et facilement aérable et on doit le suspendre.

Il ne faut pas mettre trop de linge l'un sur l'autre, de crainte qu'il ne devienne humide; des piéces de linge mouillées ou simplement humides sont bientôt recouvertes de taches de moisissure.

Pour mettre la lessive en train, il faut veiller tout d'abord à avoir du bois sec à disposition, du savon sec, tous les ustensiles nécessaires, tels que: cuves, cordes à lessive, corbeilles, crosses, pincettes, cendres, soude, amidon, bleu, cire et borate.

Il faut toujours mettre tremper les cuves pendant un ou deux jours. Le linge doit être trié et compté.
On met tremper le linge blanc dans de l'eau de soude tiéde pendant deux ou trois heures, puis on le savonne. Il y a diverses méthodes de lavage; la plus ancienne et toujours encore la meilleure consiste à couler le linge avec une lessive bouillante faite avec des cendres.

Les couleurs, ainsi que la lessive à l'ammoniaque est recommandable pour les petits ménages (2 cuil ammoniaque, 3 cuil. térébenthine).

C'est avec de l'eau de pluie que les éléments crasseux se dégagent le mieux. L'eau de source dans laquelle on a rajouté de la soude rend le même service.

Le savon, la soude, la lessive Cristal, Phénix, Richard, Bienna, les cendres, etc., sont de bons ingrédients pour laver le linge. Il ne faut pas être ni trop économe ni prodigue.

Quand on lave le linge, il faut le faire soigneusement, pour ne pas le gâter. Pour le linge fin, une planche à laver (se posant dans la seille) n'est pas à recommander; pour le linge grossier, on s'en sert avec succés. Quand le linge a été bouilli pour la derniére fois, on le passe à l'eau froide et on le laisse jusqu'à ce que l'eau soit bien claire.

Pour relever l'éclat de la blancheur, on passe le linge dans une solution d'indigo; ces couleurs bleues (sous forme de tablettes, boulettes, etc.) sont placées dans un linge de flanelle et délayées à l'eau tiéde.
Il faut avoir soin de ne pas laisser le linge en repos dans l'eau à bleuir car il se tache. Il faut l'épurer, le secouer et le mettre dans une corbeille au fond de laquelle on a placé un linge grossier et le suspendre aussitôt.

Le linge est étendu sur des cordes bien tendues, Il faut y apporter un peu de symétrie en mettant les piéces de même nature ensemble, le mauvais côté sur la corde et le nom en bas. Une lessive bien étendue fait honneur à la ménagére.

L'empesage donne à certaines piéces (jupons, rideaux, tabliers) un apprêt ferme et brillant. Il est nécessaire que l'amidon soit bien cuit et que le linge séche rapidement pour devenir ferme.
On emploie aussi de l'amidon cru, surtout pour les chemises de messieurs; on ajoute un peu de borax (2 cuill. pour 1 d'amidon) pour faciliter le repassage et donner du brillant.

Le repassage s'apprend par la pratique, avec du zéle et de l'attention. Les couvertures de laine sont nécessaires, elles sont placées sur une table et tendues d'une toile blanche. Le repassage est facilité lorsqu'on humecte le linge. Il faut passer à fil droit avec le fer et ne pas faire de faux plis.

S'il est possible, on plie le linge qu'on ne repasse pas aussitôt, qu'il est sec afin que les plis soient formés correctement.
On étire bien les piéces l'une aprés l'autre, on met le beau côté en dedans et on les plie réguliérement de maniére que les coins soient égaux. Les franges sont frappées sur le bord d'une table ou à la corde. Le linge gâté est mis de côté pour être réparé aussitôt que possible.

L'armoire à linge doit être l'orgueil de la bonne ménagére pour l'ordre et la propreté qui y régnent. Aprés chaque lessive tous les rayons sont nettoyés, le linge compté, empilé, celui qui vient d'être lavé est placé dessous de maniére que celui qui restait encore soit employé en premier lieu.

Linge de couleur

Il convient de séparer le linge de bon teint de celui dont les couleurs sont délicates ainsi que les vêtements de ceux de coton. On ne doit pas employer de soude et pas trop de savon il doit être étendu à l'ombre car le soleil fait pâlir les nuances. Pour les teintes délicates on mélange un peu de vinaigre à de l'eau tiéde et on frotte avec du savon de poix. L'amidon ne doit pas être trop chaud quand on y trempe le linge.

Les étoffes de laine en général ne doivent pas rester longtemps dans l'eau ni être tordues ou frottées car les tissus se rétrécissent et se déchirent. Il est bon de les battre dans une bonne eau de savon étendue d'ammoniaque puis les rincer à l'eau chaude pour enlever tout le savon. Les étoffes de laine noire sont lavées sans savon dans une décoction de bois de Panama ou de racines saponaires cuit dans l'eau pendant 20 minutes.

On frotte avec une brosse souple les taches marquées avec un fil blanc on rince à l'eau chaude et on étend sans tordre.

Lien

Cours d'économie domestique, par Cornélie Chavannes, directrice de l'école normale des institutrices du canton de Vaud (1840).